Histoire d’un cas clinique

Voici N., une des anciennes assistantes du Dr Gachet.
Pour la remercier de sa bonne humeur durant ces dernières années avec nous, Le Dr Gachet lui a offert l’intégralité de sa restauration.
C’est donc Stevie Pasquier (céramiste – Rhône Dental Lab), Bruno Morabito (céramiste – Rhône Dental Lab), Caroline Falcone (assistante dentaire) et moi-même qui nous sommes attelés à la tâche!

Stevie avait préparé le cas en amont avec N., elle lui avait exposé le désir d’avoir des incisives plus vestibulées pour des lèvres plus pulpeuses. Nous gardions la même dimension verticale et tous les déterminants occlusaux.
Il a préparé un wax-up avec des clés en silicone.

Situation initiale

Situation initiale

J’ai dans un premier temps assaini le parodonte de la mandibule.
Puis j’ai démonté toutes ses anciennes restaurations pour vérifier le type de préparation et le vissage des piliers sur implants. La question de faire une greffe conjonctive sur 23 s’est longuement posée, mais N. ne se sentait pas de rester en provisoire plusieurs mois de plus.

Préparations légèrement retouchées

Préparations légèrement retouchées

Provisoires

Provisoires

Nous avons attendu plusieurs semaines, pour tester l’occlusion et l’esthétique.
Quand N. nous a donné le feu vert, nous avons réalisé des empreintes, enregistré la dimension verticale et envoyé le tout à usiner.
Les secteurs postérieurs sont en full zircone, les secteurs antérieurs ont été stratifiés sur leur face vestibulaire uniquement.
Nous avons validé l’occlusion après usinage et avant maquillage-stratification.

Voici le résultat!

keynote-nathalie-004

Céramiques après scellement adhésif

Céramiques après scellement adhésif

Céramiques après scellement adhésif

Sourire final

Sourire final

C’est une jolie histoire d’équipe autour de ce cas clinique! Merci à tous!

La femme enceinte et ses dents…

Update post-accouchement à la fin de l’article!

Ceci est presque une annonce officielle…
Après avoir conseillé mes patientes enceintes pendant des années, je vais pouvoir mettre en pratique mes propres conseils et surtout en tester l’efficacité!

Est-ce que vous saviez que pendant la grossesse?

  • L’influence hormonale favorise les caries et les problèmes parodontaux;
  • La progestérone abaisse la concentration de bicarbonate salivaire ce qui diminue l’action neutralisante de la salive et augmente le risque carieux ;
  • Les grandes fringales de la grossesse encouragent les grignotages fréquents et augmentent le risque carieux ;
  • Les nausées et les vomissements laissent de l’acide gastrique sur l’émail des dents ce qui en favorise l’érosion (une gouttière de fluoration peut alors prévenir ce problème);
  • C’est la plaque dentaire qui est la cause initiale des infections parodontales. Ce ne sont pas les changements hormonaux qui les déclenchent!  Le taux d’hormones qui augmente tout au long de la grossesse aggrave la situation clinique (inflammation, œdème, douleurs);
  • Les problèmes parodontaux peuvent augmenter le risque d’accouchement prématuré de bébé de faible poids (cela serait dû à l’importante sécrétion des prostaglandines, des messagers qui induisent le déclanchement du travail et limiteraient le passage des nutriments – les lipides en particulier- vers le bébé à travers le placenta).

Personnellement, le premier symptômes de ma grossesse a été un goût métallique dans la bouche… Puis des gencives hémorragiques, le comble!
J’ai du prendre RDV chez l’hygiéniste rapidement, pour être sûre de démarrer cette grossesse avec la bouche la plus saine possible. J’y retournerai avant le 6ème mois puis dans les 6 mois après l’accouchement, pour évaluer radiographiquement les dégâts….
Il est indispensable de donner un coup de pouce à son organisme pendant cette période qui chamboule tout un organisme.

Qu’on se le dise, le proverbe « Une grossesse, une dent » est faux!!!
Sauf, si vous la démarrez avec un état bucco-dentaire moyen voir catastrophique…

Conseils pratiques:

  • Si vous avez des nausées matinales et des vomissements fréquents, ne surtout pas se brosser les dents après! Réalisez un rinçage avec une cuillère à café de bicarbonate de soude mélangé avec de l’eau ou avec de l’Elmex Erosion;
  • Se brosser les dents après chaque repas avec un dentifrice fluoré (Parodontax classic, dégoutant mais tellement efficace) et utiliser du fil dentaire et/ou des brossettes inter dentaires au moins une fois par jour ;
  • Eviter : les sucres, le sel, les alcools, les boissons acides (sodas, colas, jus de fruits), les grignotages (repartir les prises alimentaires sur 3 repas), les anti-inflammatoires, comme l’Aspirine et l’Ibuprofène (seul le paracétamol est autorisé).

Je vous dirai dans 4 mois si mes conseils m’ont évitée de trop gros dégâts!

77165458_o

 

Mise à jour du 13 mai 2017!

Bonjour à tous!

J’ai accouché le 3 mars d’un beau petit garçon de 3.910 kg et de 51 cm!
Il se prénomme Lothaire et c’est un amour de bébé!

Et mes dents? Elles vont bien, merci! Mais, je n’ai pas été aussi sérieuse que j’aurais du…

Trois brossages par jour toujours, mais j’ai grignoté (merci les chocolats de Noël dans la cuisine du cabinet), j’ai zappé le fil dentaire un jour sur deux le premier mois après l’accouchement (tellement pressée d’aller dormir quand je pouvais) … J’ai même oublié de programmer ma séance d’hygiéniste du 6ème mois (ça s’appelle le Syndrome du Neurone Unique)…
Bref pas sérieuse du tout…

Au final, pas de déminéralisation, mais des douleurs gingivales localisées aux endroits où j’ai des restaurations. Ces douleurs allaient et venaient, mais quand elles se réveillaient, j’avais réellement peur d’avoir quelque chose de plus grave…

En conclusion, je recommande vivement à toutes les futures mamans de se faire suivre SERIEUSEMENT pendant leur grossesse. Parce que même avec une bonne hygiène et une bouche en bon état, il suffit de quelques moments de relâchement pour réveiller des problèmes!

A bientôt!

douillette2

(source : http://grumeautique.blogspot.fr)

Conseils alimentaires pour une meilleure santé bucco-dentaire

Voici quelques conseils simples à prendre en cause pour améliorer sa santé bucco-dentaire:

1 – Contrôler son alimentation 

Les aliments riches en glucides fermentescibles par les bactéries, ayant une durée de rétention longue en bouche, lentement solubles dans la salive (amidon) sont des aliments cariogènes.

Par contre, certains aliments favorisent le pouvoir tampon du milieu buccal : ce sont les aliments cariostatiques:
– les lipides;
– certains protéines en particulier les caséines des fromages;
– les minéraux, phosphore, calcium, fluor, vitamine D, les tanins du cacao.

Les aliments acides commes les sodas, colas et jus de fruits favorisent le déminéralisation de l’émail.

Mais pour évaluer objectivement la cariogénéicité des aliments, les comportements alimentaires sont encore plus importants que les critères biochimiques et physiques des aliments : le grignotage en particulier est un facteur aggravant.

Les méfaits du grignotage sur le risque de carie

Les méfaits du grignotage sur le risque de carie

2 – Prendre le temps de mastiquer

Il est capital de privilégier une alimentation plutôt ferme qui sollicite dents, os et articulation. Une mastication lente et complète favorise à tout âge une stimulation du support parodontal (os et gencive) et des glandes salivaires.

Petit rappel du rôle spécifique des différentes familles de dents pour mieux comprendre les étapes de la mastication qui est importante à plusieurs niveaux pour l’assimilation et la digestion des aliments.

Les molaires : sont les dents les plus massives qui calent l’occlusion et empêchent l’affaissement des mâchoires, caractéristique de la personne édentée chez qui le profil s’effondre. Elles sont au nombre de 3 par côté avec la dent de sagesse.
Fonctions : Les molaires broyent les aliments

Les prémolaires : longtemps appelées les petites molaires. Elles sont 2 par côté, la force exercée à ce niveau est moins élevée.
Fonctions rôle intermédiaire entre celui des canines et des molaires.

Les canines : sont des dents pointues dites dents du carnivore. Une de chaque côté de la mâchoire.
Fonctions : attraper et dilacérer les aliments.

Les incisives : au nombre de 4 sont implantées à l’avant de la mâchoire supérieur et inférieur. Ce sont les dents les plus fines et les plus grêles.
Fonction : couper les aliments.

Les pressions développées par la mastication stimulent le support parodontal (os et gencive). La mastication normale est dite unilatérale alternée utilisant un côté après l’autre. Un déséquilibre dû par exemple à une (des) dent(s) absente(s,) ou un défaut de l’occlusion peut être une entrave à l’équilibre masticatoire et articulaire (ATM) des mâchoires. Une insuffisance masticatoire minimisera le processus de salivation et donc de digestion.

Conclusion: Prenez le temps de mâcher vos aliments

3 – Qu’en est-il des boissons?

Les habitudes de consommation des boissons ont également beaucoup changé.
La consommation de boissons industrielles a fortement augmenté et lorsqu’on se rappelle que le pH neutre est à 7, voici quelques exemples de pH qui révèlent des boissons très acides:

Boissons énergétiques : PH  2.81 à 3.32
Coca Cola                     : PH  2.61
Ice Tea                          : PH  2.94 à 3.41

Il est donc très mauvais de boire des boissons sucrées en dehors des horaires de repas et par prises répétées.
Un garçon de 11 ans vient de sortir du cabinet, 7 caries en bouches et de nombreuses déminéralisations dues aux prises de boissons sucrées à n’importe quelle heure de la journée. J’ai demandé au papa de ne plus acheter ce genre de boisson, il m’a répondue « Vous n’êtes pas contre un petit sirop de temps en temps? » Si, je suis contre. Et pour donner de bonnes habitudes à nos enfants, montrons l’exemple!

4 – En résumé

  • Une alimentation équilibrée ;
  • Une répartition adéquate des prises alimentaires (limitées à 5) dans la journée, facteur supplémentaire d’équilibre ;
  • Privilégier les associations : pains + beurre + chocolat ou fruit + pain + fromage ;
  • Préférer le chocolat aux confiseries de sucre ;
  • Préférer l’eau ou le lait aux boissons pétillants sodas, colas… ;
  • Finir de préférence toute prise alimentaire par un aliment protecteur (ex : fromage) ;
  • Ne pas consommer de boissons ou d’aliments acides au coucher ;
  • Se rincer la bouche à l’eau ou mastiquer un chewing gum sans sucre après chaque prise alimentaire, s’il n’est pas possible de se brosser les dents avec un dentifrice fluoré après chaque repas.

img_1860

Tabac et santé bucco-dentaire

Dans la bouche, fumer détruit les bactéries saines.

COLUMBUS, Ohio, États – Unis : Selon une nouvelle étude, le tabagisme incite le corps à se retourner contre ses propres bactéries utiles, laissant les fumeurs plus vulnérables aux maladiess bucco-dentaires.

En dépit du brossage quotidien et de l’utilisation de la soie dentaire, la bouche d’une personne saine se compose d’un écosystème stable de bactéries saines. De nouvelles recherches montrent que chez les fumeurs, cet écosystème est beaucoup plus diversifié et sensible à l’attaque de bactéries nocives.

En tant que groupe, les fumeurs souffrent de taux plus élevés de maladies bucco-dentaires – en particulier les maladies des gencives – que les non-fumeurs, ce qui est un défi pour les dentistes, selon Kumar Purnima, professeur adjoint de parodontologie à l’ Ohio State University. Avec ses collègues, elle conduit une étude sur le rôle que les communautés microbiennes de l’organisme jouent dans la prévention des maladies bucco-dentaires. »La bouche du fumeur se débarrasse des bonnes bactéries, et ouvre la porte aux agents pathogènes » a dit Kumar. « Ils peuvent donc proliférer beaucoup plus rapidement qu’ils ne le feraient dans un environnement non-fumeur. »Les résultats suggèrent que les dentistes peuvent proposer un traitement plus agressif pour les fumeurs et auraient de bonnes raisons de les inciter à arrêter de fumer, dit Kumar.« Quelques heures après la naissance, les bactéries commencent à former dans la bouche, des communautés appelées biofilms », a déclaré Kumar.  » Le corps apprend à vivre avec eux, parce que pour la plupart des gens, les biofilms sains empêchent les mauvaises bactéries de s’installer. »

Le professeur Kumar compare un biofilm sain à une luxuriante pelouse d’herbe verte. « Quand vous changez la dynamique de la façon dont vous vous occupez de la pelouse, comme trop d’eau ou trop peu d’engrais « , dit-elle, « une partie de l’herbe meurt, et les mauvaises herbes s’installent.  » Pour les fumeurs, les  » mauvaises herbes  » sont les bactéries connues pour causer les maladies dentaires.

Dans une nouvelle étude, l’équipe de Kumar s’est penchée sur la façon dont ces écosystèmes bactériens repoussent après avoir été éliminées. Chez 15 non-fumeurs en bonne santé et 15 fumeurs en bonne santé, les chercheurs ont prélevé des échantillons de biofilms par voie orale un, deux, quatre et sept jours après un nettoyage dentaire professionnel.

Les chercheurs voulaient tout d’abord voir où les bactéries étaient présentes en analysant les signatures ADN trouvées dans la plaque dentaire. Puis, ils voulaient également surveiller si le corps des sujets traitait les bactéries comme étant une menace. Dans ce cas, le prélèvement montrerait des niveaux plus élevés de cytokines, des composés que l’organisme produit pour combattre une infection.

« Lorsque vous comparez un fumeur et un non-fumeur, il y a une nette différence « , a déclaré Kumar.  » La première chose que vous remarquerez est que la « pelouse », la base qui contient normalement des populations florissantes de bactéries utiles, est absente chez les fumeurs. »

L’équipe a constaté que, pour les non-fumeurs, les communautés bactériennes retrouvent un équilibre d’espèces similaires à celles qui ont été enlevées pendant le nettoyage dentaire. Les bactéries associées à la maladie sont largement absentes, et les faibles niveaux de cytokines montrent que le corps ne considère pas les biofilms utiles comme une menace.

« En revanche », a déclaré Kumar, « les fumeurs commencent à développer des agents pathogènes – bactéries que nous connaissons comme nuisibles – dans les 24 heures. Cela prend plus de temps chez les fumeurs de former une communauté microbienne stable et, lorsque cela arrive, c’est une communauté riche en agents pathogènes. »

Les fumeurs ont également des niveaux plus élevés de cytokines, indiquant que le corps se défend contre une infection. Cliniquement, cette réponse immunitaire prend la forme de gencives rouges, enflées – appelée gingivite – qui peut conduire à la perte osseuse irréversible de la parodontite.

Chez les fumeurs, toutefois, le corps n’est pas seulement en train d’essayer de lutter contre les bactéries nuisibles. Les types de cytokines dans les prélèvements de gencives des fumeurs ont montré aux chercheurs que chez les fumeurs, les bactéries saines sont reconnues comme une menace.

Bien qu’ils ne comprennent pas encore les mécanismes derrière ces résultats, Kumar et son équipe soupçonnent que le tabagisme est une source de confusion de la communication normale qui se passe entre les communautés bactériennes saines et leur hôte.

Selon Kumar, ces résultats ont des implications claires pour les soins aux patients.

« Cela doit nous guider dans la façon dont nous traitons la population des fumeurs, » dit-elle. « Ils ont besoin d’une forme plus agressive de traitement parce que, même après un nettoyage professionnel, ils ont toujours un risque très élevé que ces agents pathogènes reviennent dans leur bouche immédiatement. »

« Les dentistes ne conseillent pas souvent à leurs patients de cesser de fumer », poursuit-elle. « Ces résultats montrent que les dentistes devraient jouer un rôle vraiment actif pour aider leurs patients à obtenir le soutien dont ils ont besoin pour cesser de fumer.  »

Pour Kumar, qui est une parodontiste et qui continue à enseigner, sa recherche a changé la façon dont elle traite ses patients. « Je leur parle de notre recherche, des bactéries et de la réponse de l’hôte, et je dis : « Hé – J’ai vraiment peur pour vous.  » Les patients sont plus disposés à écouter, et deux arrêté de fumer.  »

Les résultats de l’étude ont été publiés dans la revue Infection and Immunity.

omsbouche393-d0039

L’Art Dentaire

Pendant de nombreuses années, la Médecine Dentaire était appelée l’Art Dentaire…. Sûrement parce que les dentistes devaient se prendre pour Rodin à tailler des dents au burin et au marteau!

Quoiqu’il en soit, ayant une soeurette restauratrice d’oeuvre d’art (zou, un peu de pub au passage https://www.facebook.com/people/Atelier-Marlène-Bas-Pinto/100003233989080), je me suis amusée à chercher des oeuvres de sourire célèbre…

Voici ce que j’ai trouvé!

1) Takashi Murakami (né en 1962) signe son retour après 14 ans d’absence, au gré de deux expositions. L’une, à Yokohma, le révèle en collectionneur compulsif. L’autre, au Mori Art Museum de Tokyo, donne à voir sa réponse au tremblement de terre et à l’accident nucléaire du 11 mars 2011.

murakami1

http://www.letemps.ch/culture/2016/03/04/takashi-murakami-un-monument-face-catastrophe

2) Portrait étrusque d’Hercule, environ 500 av JC. Musée Etrusque Vila Giula de Rome (Italie)

hercule1

3) Portrait du souverain Jayavarman VII, dernier roi de l’empire Khmer, fin XIIe siècle. Le bouddhisme est élevé au rang de religion d’Etat. Les grands visages du Bouddha souriant font leur apparition à Angkor. Musée Guimet (Paris)

jaya1

4) Cavalier souriant » du peintre hollandais Franz Halz (1581-1666). Pour la premère fois, les visages ne sont plus figés dans un portrait. Ils apparaissent souriants, animés d’une vraie joie de vivre. Musée du Louvre (Paris)

hals1

5) « Portrait de Saint-Jean Baptiste » de Léonard de Vinci (1452-1519) peint entre 1513 et 1516. L’inclinaison du bras accentue le mouvement ascensionnel du sourire. Il exprime davantage le sourire que le portrait de la Joconde elle-même ! Musée du Louvre (Paris)

vinci1

6 ) « La Pisseuse » de Pablo Picasso (1881-1973), au sujet irrévérencieux, est une référence à la Femme pissant de Rembrandt, sourire en coin. Centre Pompidou (Paris)

picasso

 7) Ebih-II, Intendant de Mari, Sumer -actuelle Syrie-, vers 2 400 av JC. Le plus ancien sourire de l’histoire de l’art.Musée du Louvre (Paris)
ebih
8) « Femme à la balustrade » du peintre fauve néerlandais Kees Van Dongen (1877-1968). Fraîcheur, couleur et élégance. Musée de l’annonciade(Saint-Tropez)
ballustrade
9) Portrait d’Amnénophis II, le roi le plus prospère et souriant de la XVIIIe dynastie, fils de la reine Hatchepsout, vers 1 420 av JC. Musée de Louxor(Egypte)
louxor
10) « Marilyn Monroe » d’Andy Warhol (1928-1987), portrait peint en 1963, le sourire pop le plus copié-collé de l’histoire de l’art. Warhol Museum (Pittsburg, Etats-Unis)
warrol
En espérant vous avoir cultivé!

Le travail c’est la santé – A faire lire aux enfants

Le travail… Grand sujet de dissertation…..
Entre les assistés de la vie et les workaholics, on pourrait en parler pendant des heures!

D’ailleurs, Bill Gates avait prononcé un discours dans une école secondaire, il y a quelques années,  il y parle de bons sentiments et d’enseignements politiquement corrects qui ont créé des générations de jeunes totalement dépourvus du moindre sens des réalités de la vie!

Petit résumé du discours!

1) La vie est injuste: il faut vous y habituer!

2) Le monde se fout de votre amour-propre. Le monde s’attendra à ce que vous accomplissiez quelque chose AVANT que vous ne vous félicitiez vous-même.

3) Vous ne gagnerez pas 60 000 dollars par an en sortant de l’école. Vous ne serez pas vice-président en commençant, avec un portable et une voiture de fonction fournis, avant d’avoir mérité, gagné ces privilèges.

4) Si vous croyez que votre professeur est dur avec vous, attendez d’avoir un patron.

5) Travailler dans une friterie n’est pas s’abaisser. Vos grands-parents avaient un mot différent pour ça: Ils l’appelaient une opportunité.

6) Si vous gaffez, CE N’EST PAS DE LA FAUTE DE VOS PARENTS, arrêtez de chialer et apprenez de vos erreurs.

7) Avant que vous ne naissiez, vos parents n’étaient pas si ennuyeux qu’ils le sont maintenant! Ils sont devenus comme ça en payant vos factures, en nettoyant vos vêtements et en vous entendant répéter sans arrêt combien vous êtes bons et cools et combien eux ne le sont pas… Ainsi, avant de sauver les forêts tropicales des parasites de la génération de vos parents, commencez donc par faire le ménage dans votre propre chambre et dans votre propre vie!

8) Votre école s’est peut-être débarrassée du système « gagnant-perdant », MAIS PAS LA VIE! Dans certaines écoles, on a aboli les notes de passage et on vous donne autant de chances que vous voulez pour obtenir la bonne réponse, ça n’existe pas dans la vraie vie! A la première connerie, vous êtes viré!

9) La vie n’est pas divisée en semestres. L’été n’est pas une période de congé. Et très peu d’employeurs sont disposés à vous aider, à VOUS ASSUMER, c’est votre responsabilité.

10) La télévision nest pas la vraie vie. Dans la vraie vie, les gens quittent le café et vont travailler. Dans la vraie vie, les gens ne font pas la fête non stop, s’ils le faisaient, ils seraient fauchés, virés et crèveraient en quelques mois. Dans la vraie vie, les gens bossent, sont payés et paient pour ce qu’ils ont. Rien n’est gratis. La vraie vie c’est 80% de merde et 20% de plaisir…. Dans le meilleur des cas!

Merci Bill Gates!

Epouser une femme brillante repousse la Maladie d’Alzheimer

Stimuler son intelligence serait un bon rempart contre la survenue de démences comme la maladie d’Alzheimer à un âge avancé. Pour faire fonctionner ses neurones de façon optimale, le professeur Lawrence Whalley, spécialiste en santé mentale à l’Université d’Aberdeen (Ecosse) propose une ordonnance imparable : épouser une femme brillante. On ne sait pas si l’inverse est aussi efficace. 

Partager sa vie avec une femme « à l’esprit vif » constitue un bon moyen de créer une effervescence intellectuelle à tout moment, que ce soit lors des discussions à table, ou devant la télévision. Une femme, donc, mieux que le Sudoku.

Lors d’un débat littéraire organisé par l’Université d’Oxford sur le thème « Démence, comment pouvons-nous nous protéger », le chercheur britannique a démontré que vivre avec une femme très cultivée et intelligente avait un impact aussi positif sur les facultés cognitives que des activités de stimulation cérébrale comme la lecture, l’écriture ou voir des expositions dans un musée.

« La chose que l’on ne dit jamais à un garçon qui veut mener une longue existence – alors qu’on le devrait – c’est d’épouser une femme intelligente. […] Or il n’y a pas de meilleur rempart contre la dégradation que l’intelligence« , a affirmé le professeur lors de la conférence où il aurait mérité de postuler pour le macho de l’année.

Les recherches ont établi que le maintien d’une activité physique et la poursuite d’activités intellectuelles et/ou d’ateliers qui stimulent la mémoire, la logique ou la réflexion pourraient diminuer le risque de démences liées à l’âge.

[Avec Topsante.fr et Egora.fr]