Histoire d’un cas clinique

Voici N., une des anciennes assistantes du Dr Gachet.
Pour la remercier de sa bonne humeur durant ces dernières années avec nous, Le Dr Gachet lui a offert l’intégralité de sa restauration.
C’est donc Stevie Pasquier (céramiste – Rhône Dental Lab), Bruno Morabito (céramiste – Rhône Dental Lab), Caroline Falcone (assistante dentaire) et moi-même qui nous sommes attelés à la tâche!

Stevie avait préparé le cas en amont avec N., elle lui avait exposé le désir d’avoir des incisives plus vestibulées pour des lèvres plus pulpeuses. Nous gardions la même dimension verticale et tous les déterminants occlusaux.
Il a préparé un wax-up avec des clés en silicone.

Situation initiale

Situation initiale

J’ai dans un premier temps assaini le parodonte de la mandibule.
Puis j’ai démonté toutes ses anciennes restaurations pour vérifier le type de préparation et le vissage des piliers sur implants. La question de faire une greffe conjonctive sur 23 s’est longuement posée, mais N. ne se sentait pas de rester en provisoire plusieurs mois de plus.

Préparations légèrement retouchées

Préparations légèrement retouchées

Provisoires

Provisoires

Nous avons attendu plusieurs semaines, pour tester l’occlusion et l’esthétique.
Quand N. nous a donné le feu vert, nous avons réalisé des empreintes, enregistré la dimension verticale et envoyé le tout à usiner.
Les secteurs postérieurs sont en full zircone, les secteurs antérieurs ont été stratifiés sur leur face vestibulaire uniquement.
Nous avons validé l’occlusion après usinage et avant maquillage-stratification.

Voici le résultat!

keynote-nathalie-004

Céramiques après scellement adhésif

Céramiques après scellement adhésif

Céramiques après scellement adhésif

Sourire final

Sourire final

C’est une jolie histoire d’équipe autour de ce cas clinique! Merci à tous!

Tabac et santé bucco-dentaire

Dans la bouche, fumer détruit les bactéries saines.

COLUMBUS, Ohio, États – Unis : Selon une nouvelle étude, le tabagisme incite le corps à se retourner contre ses propres bactéries utiles, laissant les fumeurs plus vulnérables aux maladiess bucco-dentaires.

En dépit du brossage quotidien et de l’utilisation de la soie dentaire, la bouche d’une personne saine se compose d’un écosystème stable de bactéries saines. De nouvelles recherches montrent que chez les fumeurs, cet écosystème est beaucoup plus diversifié et sensible à l’attaque de bactéries nocives.

En tant que groupe, les fumeurs souffrent de taux plus élevés de maladies bucco-dentaires – en particulier les maladies des gencives – que les non-fumeurs, ce qui est un défi pour les dentistes, selon Kumar Purnima, professeur adjoint de parodontologie à l’ Ohio State University. Avec ses collègues, elle conduit une étude sur le rôle que les communautés microbiennes de l’organisme jouent dans la prévention des maladies bucco-dentaires. »La bouche du fumeur se débarrasse des bonnes bactéries, et ouvre la porte aux agents pathogènes » a dit Kumar. « Ils peuvent donc proliférer beaucoup plus rapidement qu’ils ne le feraient dans un environnement non-fumeur. »Les résultats suggèrent que les dentistes peuvent proposer un traitement plus agressif pour les fumeurs et auraient de bonnes raisons de les inciter à arrêter de fumer, dit Kumar.« Quelques heures après la naissance, les bactéries commencent à former dans la bouche, des communautés appelées biofilms », a déclaré Kumar.  » Le corps apprend à vivre avec eux, parce que pour la plupart des gens, les biofilms sains empêchent les mauvaises bactéries de s’installer. »

Le professeur Kumar compare un biofilm sain à une luxuriante pelouse d’herbe verte. « Quand vous changez la dynamique de la façon dont vous vous occupez de la pelouse, comme trop d’eau ou trop peu d’engrais « , dit-elle, « une partie de l’herbe meurt, et les mauvaises herbes s’installent.  » Pour les fumeurs, les  » mauvaises herbes  » sont les bactéries connues pour causer les maladies dentaires.

Dans une nouvelle étude, l’équipe de Kumar s’est penchée sur la façon dont ces écosystèmes bactériens repoussent après avoir été éliminées. Chez 15 non-fumeurs en bonne santé et 15 fumeurs en bonne santé, les chercheurs ont prélevé des échantillons de biofilms par voie orale un, deux, quatre et sept jours après un nettoyage dentaire professionnel.

Les chercheurs voulaient tout d’abord voir où les bactéries étaient présentes en analysant les signatures ADN trouvées dans la plaque dentaire. Puis, ils voulaient également surveiller si le corps des sujets traitait les bactéries comme étant une menace. Dans ce cas, le prélèvement montrerait des niveaux plus élevés de cytokines, des composés que l’organisme produit pour combattre une infection.

« Lorsque vous comparez un fumeur et un non-fumeur, il y a une nette différence « , a déclaré Kumar.  » La première chose que vous remarquerez est que la « pelouse », la base qui contient normalement des populations florissantes de bactéries utiles, est absente chez les fumeurs. »

L’équipe a constaté que, pour les non-fumeurs, les communautés bactériennes retrouvent un équilibre d’espèces similaires à celles qui ont été enlevées pendant le nettoyage dentaire. Les bactéries associées à la maladie sont largement absentes, et les faibles niveaux de cytokines montrent que le corps ne considère pas les biofilms utiles comme une menace.

« En revanche », a déclaré Kumar, « les fumeurs commencent à développer des agents pathogènes – bactéries que nous connaissons comme nuisibles – dans les 24 heures. Cela prend plus de temps chez les fumeurs de former une communauté microbienne stable et, lorsque cela arrive, c’est une communauté riche en agents pathogènes. »

Les fumeurs ont également des niveaux plus élevés de cytokines, indiquant que le corps se défend contre une infection. Cliniquement, cette réponse immunitaire prend la forme de gencives rouges, enflées – appelée gingivite – qui peut conduire à la perte osseuse irréversible de la parodontite.

Chez les fumeurs, toutefois, le corps n’est pas seulement en train d’essayer de lutter contre les bactéries nuisibles. Les types de cytokines dans les prélèvements de gencives des fumeurs ont montré aux chercheurs que chez les fumeurs, les bactéries saines sont reconnues comme une menace.

Bien qu’ils ne comprennent pas encore les mécanismes derrière ces résultats, Kumar et son équipe soupçonnent que le tabagisme est une source de confusion de la communication normale qui se passe entre les communautés bactériennes saines et leur hôte.

Selon Kumar, ces résultats ont des implications claires pour les soins aux patients.

« Cela doit nous guider dans la façon dont nous traitons la population des fumeurs, » dit-elle. « Ils ont besoin d’une forme plus agressive de traitement parce que, même après un nettoyage professionnel, ils ont toujours un risque très élevé que ces agents pathogènes reviennent dans leur bouche immédiatement. »

« Les dentistes ne conseillent pas souvent à leurs patients de cesser de fumer », poursuit-elle. « Ces résultats montrent que les dentistes devraient jouer un rôle vraiment actif pour aider leurs patients à obtenir le soutien dont ils ont besoin pour cesser de fumer.  »

Pour Kumar, qui est une parodontiste et qui continue à enseigner, sa recherche a changé la façon dont elle traite ses patients. « Je leur parle de notre recherche, des bactéries et de la réponse de l’hôte, et je dis : « Hé – J’ai vraiment peur pour vous.  » Les patients sont plus disposés à écouter, et deux arrêté de fumer.  »

Les résultats de l’étude ont été publiés dans la revue Infection and Immunity.

omsbouche393-d0039

Biologique Recherche

A mon arrivée à la Rhône Dental Clinic, j’ai rencontré Tatiana Borysova qui distribue la marque Biologique Recherche pour la Suisse.

A priori, c’est une marque de cosmétique comme les autres… Et vous qui me connaissez, vous savez que je suis incollable… Filorga, Teoxane, Dermaceutic, Auriga, j’ai tout testé et tout adoré…. Sauf que ma vie a changé le jour où j’ai essayé la fameuse lotion P50 pour la peau, exfoliante et purifiante, c’est le secret peau parfaite de nombreuses personnalités (Kim Kardashiam, Madonna, Brad Pitt, Sharon Stone, etc).

Finalement j’ai tout acheté… La gamme visage, la gamme cheveux…

Pour le visage, effet peau parfaite garanti, fini les impuretés et les ridules! Pour les cheveux, la repousse est stimulée, on voit apparaître avec le temps, plein de petits cheveux! On peut rapprocher ces produits de la mode du No Poo, où grâce à l’utilisation de produits naturels sans silicone et autres effets gainants artificiels, les cheveux retrouvent leur santé naturelle. La marque vous propose également la fabrication sur mesure de vos produits de beauté, en fonction des paramètre d’hydratation, d’élasticité et de réactivité de votre peau!

Sur Genève, vous trouvez ces produits à la Rhône Dental Clinic rue du Rhône 29 et au Spa des Bergues au Four Seasons.

http://www.fourseasons.com/geneva/spa/

Sur le reste de la Suisse, ils sont distribués à l’hôtel Alpina de Gstaad http://www.thealpinagstaad.ch/fr-14-soins-au-spa.html

Et info de dernière minute, les soins et les produits Biologique Recherche sont proposés au Spa de Bagnols (clin d’oeil à la famille Lavorel)! http://www.spasdesalpes.com/tag/biologique-recherche-espa/

Allez, un peu de lecture!

http://www.elle.com/beauty/makeup-skin-care/news/a14931/kim-kardashians-vampire-facial/ https://fr.pinterest.com/viviebeautysf/hollywood-celebrities-buzzing-about-biologique-rec/

logo_biologique_recherche

Ma gamme Cheveux // Hair products

Ma gamme Cheveux // Hair products

Ma gamme Visage // Face products

Ma gamme Visage // Face products